Panorapost



International |

Publié le 14 juin 2018

Israël exhorte Twitter à supprimer les comptes du Hamas et du Jihad islamique

Partager cet article :

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a appelé les responsables du réseau social Twitter à fermer les comptes des groupes "terroristes" qui, selon lui, incluaient le Hamas, le Jihad islamique et le Hezbollah.

Le site Internet hébreu Ynet , cité par The Middle Est Monitor, rapporte que: « Si Twitter ne répond pas à la demande israélienne, il sera soumis à des mesures légales qu'Israël pourrait prendre contre lui ».

The Middle Est Monitor rapporte que Jack Dorsey, PDG de Twitter, et à son président exécutif, Omid Kordestani: «Donner aux organisations terroristes la liberté d'opérer et de diffuser des messages d'incitation à travers votre réseau est une violation de la loi israélienne. »

« Contrairement à d'autres réseaux sociaux, Twitter a refusé à maintes reprises la demande des autorités israéliennes de retirer le contenu publié par des organisations terroristes et des comptes qui propagent l'incitation et soutiennent le terrorisme », a-t-il ajouté.

Le ministre israélien a affirmé que « par conséquent, les organisations terroristes étendent leur activité sur Twitter afin de répandre la propagande, tout comme le Hamas, qui tient un compte Twitter officiellement depuis mars 2016 ».

Il a déclaré: « Je vous demande [administration Twitter] de fermer les comptes des organisations terroristes, leurs dirigeants et porte-parole immédiatement et retirer leur contenu. » Erdan a averti Twitter: « Si vous ne vous conformez pas, nous pouvons être obligés d'initier des poursuites pénales contre vous, conformément à la loi israélienne en vigueur, et une législation avancée qui oblige les sociétés Internet à publier des contenus terroristes. »

L'année dernière, la Knesset israélienne a adopté la loi Facebook , qui permet aux tribunaux israéliens d'enlever et de supprimer le contenu qu'Israël considère comme incitatif du réseau de médias sociaux, tout en permettant à la police d'arrêter et de poursuivre l'auteur.

Les forces d'occupation israéliennes ont arrêté des centaines de Palestiniens à la suite de leurs publications dans les médias sociaux, y compris certains qui ont écrit des poèmes en soutien à la résistance et contre les politiques oppressives d'Israël.

La rédaction

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires