Panorapost



Maroc |

Publié le 06 juin 2018

L'adhésion du Maroc à la CEDEAO : le paradoxe nigérian contamine la communauté ouest-africaine

Partager cet article :

Plusieurs mois après sa demande d’intégrer la communauté ouest-africaine à l'Union africaine, le Maroc attend toujours l’officialisation de son intégration à la CEDEAO même si de fait le royaume presque dans la zone.

Pour rappel lors de leur 51ème Sommet de la CEDEAO à Monrovia en juin 2017,  les chefs d'État et de gouvernement de la CEDEAO ont approuvé la demande de principe du Maroc, mais avaient demandé un rapport détaillé sur les implications politiques et économiques de cette adhésion. On s'attendait donc à ce que le dernier mot sur cette question soit annoncé lors du prochain sommet tenu à Abuja en décembre dernier.

Contre toute attente, la décision a été reportée quelques semaines avant le sommet, poussant le roi Mohammed VI à annuler sa visite peu de temps avant l'événement.

Ce n'est qu'à la fin du mois d'août que l’ex-président de la commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, a annoncé que le processus d'admission du Maroc est « sur la bonne voie et sera confirmé lors de la prochaine session ordinaire de la communauté ». Alors pourquoi cette décision très attendue a-t-elle été reportée ?

Après que les chefs de gouvernement eurent demandé à la Commission de « réfléchir davantage aux implications de la demande du Royaume du Maroc » lors du précédent sommet, le rapport demandé sur les implications de l'adhésion complète du Maroc ne serait pas arrivé à temps. Les dirigeants de la CEDEAO avaient besoin de plus de temps pour évaluer adéquatement les différentes dimensions de leurs membres et prendre une décision en connaissance de cause. Les médias marocains ont également cité un agenda très chargé avec des sources rapportant que la décision a été reportée jusqu'au premier trimestre de 2018, où devait être annoncée lors d'une session extraordinaire.

Cependant, le communiqué officiel du Sommet ne mentionnait aucune date approximative ou spécifique, et le Sommet a décidé de créer un Comité des Chefs d'Etat et de Gouvernement, comprenant le Togo, la Côte d'Ivoire, le Ghana, la Guinée et le Nigeria. Le rôle du Comité était de concevoir et de superviser une étude sur les conséquences éventuelles de l'adhésion du Maroc, de la Tunisie et de la Mauritanie.

Formaliser les liens existants

L'intérêt marocain pour l'Afrique de l'Ouest n'est pas récent, ni surprenant, car il a toujours été lié aux pays d'Afrique de l'Ouest par le biais du commerce, des migrations et des liens culturels. Grâce à Tanger, le Maroc a des liaisons maritimes hebdomadaires vers 37 ports dans 21 pays le long de la côte ouest-africaine, tandis que Casablanca est de plus en plus une plaque tournante pour les vols desservant l'Afrique de l'Ouest. Le Maroc est le premier partenaire économique de la CEDEAO avec 700 millions de dollars. En élargissant le marché, en facilitant l'investissement et l'accès aux intrants, certains suggèrent que la logique économique derrière la demande d'admission du Maroc est «solide»  et stratégique pour cette communauté nonobstant certaines organisations privées qui accusent le Maroc d’être le cheval de Troie de France, quoique, la France, avec les Accords de Partenariat de Economique (APE) avec le continent africain a déjà son marché (accords signés contre la volonté de la majeur partie populations concernées notamment les secteurs privés).

Cependant, comme l'ont souligné les précédents travaux de l'ECDPM, les progrès de l'intégration régionale ne concernent pas seulement la logique économique, ni les négociations politiques entre les pays. Ce qui finit par décider de ce qui se passe dépend de la politique nationale, en particulier dans les « États pivots » comme le Nigeria.

Le rideau de fer du Nigeria

En tant que tel, l’adhésion du Maroc n'est pas sans tensions. La société civile et les groupes d'affaires nigérians comme le secteur privé organisé qui regroupe l'Association des manufacturiers du Nigeria, l'Association des chambres de commerce, d'industrie, des mines et de l'agriculture du Nigeria et l'Association des petites industries - ont exprimé leur Le mouvement du Maroc, arguant que cela nuira au secteur manufacturier du pays, augmenter les niveaux de pauvreté et aggraver le chômage. Le Nigeria Labour Congress, un autre groupe qui s'oppose à l'admission du Maroc, cite les apparents « antécédents de querelles entre ce pays d'Afrique du Nord et ses voisins et même le continent tout entier ».

Les députés nigérians à la Chambre des représentants du pays ont exprimé des préoccupations similaires au sujet des « implications politiques et économiques négatives pour le Nigeria en tant que leader dans la sous-région ». Certains parlementaires avaient même demandé à la commission des relations extérieures et de l'intégration régionale « d’entreprendre une évaluation de la question et de faire des recommandations sur les moyens de protéger le Nigeria contre les effets négatifs de l'adhésion du Maroc à la CEDEAO ». Paradoxalement, le Nigéria fait les pieds et les mains pour commercer davantage avec le Chine et l’Inde.

D’autres craignent que les marchés nigérians (et régionaux) soient inondés de marchandises européennes en raison de l'accord d'association le Maroc-UE-. Selon l’OMC, le Maroc reçoit déjà plus de la moitié de ses importations en provenance de l'UE grâce aux importations en franchise de droits de produits industriels et de certains produits agricoles, agroalimentaires et halieutiques. Bien qu'il y ait des problèmes de compatibilité entre l'accord de l'UE et les règles de la CEDEAO (comme le tarif extérieur commun de la CEDEAO et les règles d'origine), les Nigérians voient en particulier une menace potentielle pour les produits de l'UE, oubliant qu’autour de l'accord de partenariat économique, Lagos est en discussion avancée avec Bruxelles. Certains députés nigérians sont allés jusqu'à proposer que le Nigeria se retire de l'organisation si le Maroc est admis.

Les opposants à l'admission du Maroc soutiennent en outre que la localisation du pays d'Afrique du Nord le disqualifie déjà pour l'adhésion à la CEDEAO dont le but est de favoriser l'intégration des pays d'Afrique de l'Ouest. En outre, le traité révisé de la CEDEAO de 1993 pourrait être un facteur bloquant de la demande du Maroc, car cela décourage les adhésions multiples qui « pourraient compliquer l'intégration régionale et continentale » alors que le Maroc est déjà membre de l'UMA (actuellement moribonde).

En fin de compte, il semble que les préoccupations tournent autour d'une menace potentielle pour le leadership et l'influence nigérians dans la région - certains suggèrent que la CEDEAO a été créée à la demande du Nigeria dans les années 1970 pour renforcer les relations entre le Nigeria et ses voisins francophones de la région afin de trouver de nouveaux marchés pour les produits industriels nigérians.

Selon Mounia Boucetta, secrétaire d'Etat marocaine au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, leur candidature à la CEDEAO est «une décision stratégique avec de fortes dimensions politiques et économiques » et ne reflète aucunement le désir de renverser le pouvoir de tout Etat.

En marge de la troisième édition du forum Africa Convergence organisé par la Tribune Afrique, Abdelmalek Alaoui, CEO du groupe marocain Guépard, interrogé par Ecofin a laissé entendre que les difficultés du Maroc dans l’exécution de sa stratégie de déploiement sur l’Afrique sont de trois ordre: « techniques, opérationnelles et culturelles ». Précisant les concepts, il ajoute que « point de vue technique, il existe des barrières en matière réglementaire, douanière, juridique, qui empêchent aujourd’hui le Maroc de déployer pleinement sa stratégie dite de co-émergence avec l’Afrique subsaharienne. En terme opérationnel, le Maroc n’a pas de longue tradition d’implantation à l’étranger et ne dispose pas de suffisamment de ressources humaines pour accompagner son ambition africaine. En terme opérationnel, le Maroc n’a pas de longue tradition d’implantation à l’étranger et ne dispose pas de suffisamment de ressources humaines pour accompagner son ambition africaine. ». Enfin, Il termine par le concept culturel, Alaoui révèle que, « l’on constate que le Maroc arrive plus rapidement à progresser dans les pays africains musulmans, du fait de la proximité religieuse, qu’avec les autres pays. Le Royaume doit donc faire son aggiornamento sur ces trois dimensions pour améliorer l’exécution de sa stratégie africaine ».

L'avenir de l'intégration du Maroc dans la CEDEAO

Bien que les discussions soient toujours en cours, la question soulève de nombreuses questions. La géographie n'est-elle plus un facteur déterminant pour l'adhésion des pays africains aux Communautés économiques régionales (CER)? Cela remet-il en cause l'architecture de l'UA des huit CER reconnues, en particulier avec la demande d'adhésion de la Tunisie au COMESA (Common Market of East and Southern Africa)? Et en termes commerciaux, comment une Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) modifiera-t-elle ces intérêts et discussions ?

Plus important encore, quel est l'objectif principal de rejoindre la CEDEAO d’autant l'adhésion à la CEDEAO peut ne pas être absolument nécessaire pour renforcer les liens économiques entre l'Afrique de l'Ouest et le Maroc, en complétant les accords bilatéraux existants entre le Maroc et les Etats membres de la CEDEAO. Alors que d'autres pays de la CEDEAO n'ont pas encore développé une vision claire de l'adhésion totale du Maroc, la question clé pourrait être de savoir s'il y a suffisamment d'intérêts alignés parmi les autres pays disposés à argumenter au nom du Maroc.

Quoi qu'il arrive, nos analyses passées sur l'intégration régionale en Afrique soulignent que la politique intérieure façonne finalement ce qui se passe dans la pratique. Ceux qui cherchent l'adhésion marocaine feraient bien de chercher à convaincre les Nigérians des avantages.

Maintenant, il appartient à l’Etat marocain de déployer la politique qui sied afin de contourner les obstacles dressés dont les soubassements peuvent ne pas être ceux évoqués.

Mouhamet Ndiongue

 

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires