Panorapost



Opinions |

Publié le 15 mai 2018

Rétro n°5 : Bensalah et son "Je vous ai compris", les camarades en rade du PPS, "Miriem, reste ils sont devenus

Partager cet article :

La fadeur n’est pas passée, elle ne passera jamais.

Lundi. Le boycott bat son plein, et les politiques font le plein, ou du moins tentent… Les gens crient leur colère contre la cherté de la vie, et Me Abdellatif Ouahbi glapit au parlement sa hargne contre le gouvernement. Un somptueux exemple de récupération politique, à coups de trémolos et presque de sanglots, un dans une diatribe qui fait prendre l’eau à la politique et aux politiciens, au PAM et à ses patriciens. Mais, à la décharge de Me Ouahbi, puisque l’élection du futur secrétaire général du PAM est imminente, il faut donner de la voix. Problème, l’avocat PAMiste se pâme d’admiration pour le PJDiste Abdelilah Benkirane. La politique est moins lisible, mais elle est au moins risible.

Mardi. Cher M. Trump, vous dites ce que vous pensez, et vous faites ce que vous dites. Mais… que – et comment – pensez-vous ? Vous prenez la Perse de haut, mais les Perses vous contemplent du haut de leurs 2.500 ans d’existence, exactement 10 fois plus que les Etats-Unis. Certes, dans les Etats bien nés, la valeur n’attend point le nombre des années, mais elle ne devrait pas non plus dépendre de l’effectif des armées.

Mercredi. Sidi Ali est en alerte, Sidi Ali est alarmé, Sidi s’est Aliéné la population. Alors Sidi Ali aligne les chiffres et les explications, dans un communiqué où les milliards défilent et les explications s’enfilent. En gros, Miriem Bensalah Chaqroun a dit aux gens : « Je vous ai compris ! ». Et dans "compris", il y a "com" et "prix"… Fin de crise, ou presque, pour Sidi Ali.

Jeudi. Il aura tout tenté, tout fait, tout entrepris, magouilles comprises, pour rester en fonction. Lui, c’est Ilyas el Omari, qui occupe encore la peu enviable fonction de chef du PAM. Il avait annoncé son départ durant l’été dernier, puis s’était rétracté l’automne suivant, avant d’hiberner, en hiver. Il aura fallu attendre le printemps pour connaître enfin sa décision, ou de ce qu’il prétend être sa décision. Pour sa succession, on a le choix entre la taiseuse Mansouri, le turbulent Ouahbi, le rugueux Benchamas. A moins que ce ne soit tout son parti qui soit remplacé…

Et le gouvernement parla boycott… Il ne s’est pas tellement préoccupé d’Afriquia et de Sidi Ali, pensant certainement que ces gens ont les moyens de se défendre… Mais Centrale Danone aussi, non ? Toujours est-il que le porte-parole du gouvernement a égrené les chiffres et dit tout le bien qu’il pensait du lait et de sa filière, et tout le mal qu’il pensait du boycott et de ses effets. Puis il menaça des pires tourments et de pénibles tourmentes ceux qui feraient dans les Fake news. La liberté d’expression est une denrée très volatile sous nos cieux.

A la CGEM, Hakim Marrakchi attaque et, se faisant peur, il évoque « les pratiques venues d’ailleurs »… comprendre les menaces et autres achats de voix. Question : Comment (et à combien) peut-on acheter la voix d’un riche ? Il insiste sur le caractère INDEPENDANT de la CGEM ; fort bien, Mezouar n’a jamais été INDEPENDANT, mais plutôt un dépendant. En face, Marrakchi-cane, Marrakchi-pote. Miriem, reste, ils sont devenus fous (pour rester poli) !

Vendredi. Le PPS tient son 10ème congrès ; on ne s’en aperçoit pas. Nabil Benabdallah est candidat pour un 3ème mandat ; on ne s’en soucie pas. Depuis que l’ex-parti communiste est allié aux islamistes, les camarades sont restés en rade.

Mondial 2026 : Le Maroc râle auprès de la FIFA contre le droit de vote accordé à des îles et îlots sous régence américaine, comme Guam, Porto-Rico, Îles Vierges et Samoa. Quatre voix, ça compte… un porte-parole de la candidature nord-américaine a alors cette réponse : « La FIFA est organisée autour de fédérations de football et c'est ce qui vous permet de voter. Personne n’est sous l’autorité de la reine ou sous une ancienne autorité coloniale française ». Ah, quand les Américains se mettent à faire toute une histoire de l’Histoire… Le même porte-parole ajoute : « Il s’agit d’un tournoi de foot, ce n’est pas l’ONU ». C’est vrai, à l’ONU, on menace… et même à la FIFA d’ailleurs. Un tweet présidentiel et c’est joué.

Samedi. A quelque chose malheur est bon, dit-on… Avec cette affaire de boycott, les Marocains sont devenus experts en gestion, RNPG, Ebitda et autres mots abscons du jargon comptable. Ce samedi, le Maroc entier a lu le rapport de la Commission d’enquête sur les hydrocarbures : la TIC, les frais de stockage et d’emmagasinement, les coûts du transport… Le mariage entre la libération des prix et la libération de la parole est un exercice toujours périlleux dans les démocraties de la parabole.

Dimanche. Nabil Benabdallah est réélu chef du PPS pour 4 ans à l'issue d'un congrès bleu RNI (photo). Pas de commentaires, mieux vaut se taire.

A la semaine prochaine…

Aziz Boucetta

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires